La CFAO dentaire, qu’est-ce que c’est ?

Depuis maintenant des dizaines d’années, la CFAO s’est emparée de très nombreux secteurs, des industries en tous genres à la médecine. La dentisterie n’est pas en reste : la CFAO dentaire se propage en effet dans le monde à grande vitesse depuis maintenant 10 ans, et promet de devenir un standard auxquels tous les dentistes devront bientôt s’adapter. Voici ce que vous devez savoir sur la CFAO dentaire afin de passer le cap.

Contexte et enjeux de la CFAO dentaire

Depuis la dernière décennie, le secteur de la dentisterie vit une transition constante et rapide vers une utilisation plus prononcée de la CFAO dentaire, voire même un passage au tout numérique dans certaines branches. Si tous les cabinets dentaires ne sont pas encore équipés d’appareils de CAD/CAM, ce n’est qu’une question de temps avant que cela ne soit le cas. Des avancées continuent d’être réalisées dans ces technologies, permettant une plus grande précision et efficacité, ainsi que la fabrication d’appareils plus économiques.

La transition est d’autant plus inévitable qu’elle est encouragée par les patients et une majorité des dentistes : la CFAO a une bonne image auprès des premiers, et rend le travail plus simple, plus rapide et plus précis selon les seconds, au point où ils sont prêts à suivre des formations spécialisées et à investir dans ces appareils. Selon un sondage réalisé en 2017, 44% des praticiens ont recours à la CFAO dentaire, et plus de 60% la voient comme impérative pour les futurs praticiens.

La CFAO dentaire, c’est quoi ?

La CFAO (Conception et fabrication assistée par ordinateur), ou CAD/CAM (Computer Assisted Design/Computer Assisted Manufacturing), regroupe l’ensemble des technologies électroniques et informatiques destinées à la conception, modélisation et fabrication de produits manufacturés. Si elle existe dans son aspect le plus général depuis les années 70, la CFAO appliquée à la dentisterie est née en 1987 grâce aux travaux du professeur François Duret.

On parle de chaîne de CFAO pour désigner différents moyens technologiques coordonnés, permettant à la fois d’enregistrer des données cliniques prises sur le terrain sous forme numérique, et de concevoir et fabriquer des dispositifs médicaux sur-mesure à partir de ces données. Elle est utilisée en grande partie par les omnipraticiens pour effectuer la prise d’empreintes, mais aussi pour les inlays/onlays et la fabrication de couronnes dentaires, ainsi que d’autres utilisations qui varient selon la spécialité.

Quelles sont les technologies principales de CFAO dentaire ?

Pour connaître les différentes technologies impliquées dans la CAD/CAM, il est possible de suivre pas à pas la réalisation d’une prothèse à travers une chaîne de CFAO. Celle-ci comprend 4 étapes :

Acquisition

C’est l’étape de récupération de données réelles. La prise d’empreintes fait notamment partie de cette étape. Elle est réalisée à l’aide de scanners 3D spécialisés. Il existe différents types de scanners : ils peuvent par exemple être optiques (caméra intra-orale récupérant une empreinte optique) ou effectuer l’acquisition par contact avec la surface de la dent.

Conception (CAO)

Les données acquises lors de l’étape précédente sont ensuite traitées pour obtenir des informations précises (par calcul, alignement, filtrage, …). Après cela, elles sont utilisées avec un logiciel de conception spécialisé afin de modéliser et concevoir la prothèse. Grâce aux avancées techniques du domaine, de plus en plus de types de prothèses peuvent être conçus à l’aide d’un ordinateur.

FAO

Cette étape est l’intermédiaire entre le modèle 3D réalisé par CAO et la machine qui doit réaliser la prothèse. À partir du modèle 3D, un programmeur écrit à l’aide d’un logiciel spécialisé le fichier d’instructions destiné à la machine pour qu’elle puisse réaliser la prothèse demandée. C’est ce qu’on appelle le parcours d’usinage. Ce fichier est dans un format normalisé dit ISO.

Fabrication

La fabrication est effectuée à partir du fichier ISO par une machine-outil à commande numérique (MOCN). On distingue deux types de procédés de fabrication : la fabrication par soustraction, qui consiste à découper un bloc de matériau, comme la zircone, afin de réaliser la prothèse, et la fabrication additive, qui utilise des imprimantes 3D.

Quels sont les atouts de la CFAO dentaire ?

Si tant de chirurgiens dentistes, prothésistes et autres praticiens de la dentisterie accueillent la transition vers le numérique à bras ouverts, c’est parce qu’elle apporte de nombreux avantages considérables. D’abord, elle s’avère très rapidement rentable car elle augmente nettement la productivité et l’efficacité : les informations dématérialisées, traitées, organisées, et plus lisibles transitent maintenant par ordinateur entre le chirurgien-dentiste et le prothésiste, permettant un gain de temps de plusieurs jours. Le coût de réalisation des prothèses diminue lui aussi grâce à la CFAO. L’utilisation de cette dernière en cabinet améliore aussi la communication avec le patient, à qui l’on peut maintenant mieux expliquer les diagnostics et traitements proposés. Enfin, la qualité des prothèses est elle aussi améliorée grâce à la grande précision des appareils d’acquisition, de modélisation et de fabrication.